Mongolia

MON94-LAN1
mongolia-winter-desert

Ulan Bator, Mongolia, January 1995. The road to the capital, on the horizon. Tous les chemins mènent la capitale, l’horizon.

MON94-WOM1
mongolia-steppe-nomads

Terelj, Mongolia, January 1995. In the steppe bordering the Gobi desert. Dans la steppe en bordure du désert du Gobi. Légende en français tout en bas.

“It is a question of scale, in such a huge landscape, even a horserider at full speed would seem idle”. L’usage du monde, Nicolas Bouvier, 1963 (travel in 1953-54)

Peasants returning to their yurt after shopping in the neighboring village. With sun and no wind, minus 40 is very bearable on this central-eastern plateau. After a density of ten people per square meter in the capital’s market, the infinite space of the steppes is very welcome.

MON94-MEN1
mongolia-market-people

Ulan Bator, Mongolia, January 1995. Although a novelty, markets are awfully crowded. Bien que récents, les marchés sont incroyablement populaires. Légende en français tout en bas.

The most brutal, dense, cold open market we had ever seen in over sixty countries. Minus forty degrees Celsius/Fahrenheit, lots of shoving complemented by blows in the back and kicks in the legs, a space sardines would look down at. Capitalism has a bright future in Central Asia.

Légendes mongoles

MON94-WOM1. Terelj, Mongolie, janvier 1995. “C’est une question d’échelle, dans un paysage de cette taille, même un cavalier lancé fond de train aurait l’air d’un fainéant”. L’usage du monde, Nicolas Bouvier, 1963 (voyage en 1953-54)

Paysans retournant leur yourte après leurs emplettes faites au village voisin. Sans vent et avec du soleil, – 40 est tout fait supportable sur ce haut-plateau du centre-est. Après la densité de dix personnes au mètre carré du marché de la capitale, l’espace infini des steppes est plus que bienvenu.

MON94-MEN1. Ulan Bator, Mongolie, janvier 1995. Le marché ouvert le plus froid, le plus brutal, le plus fréquenté que nous ayions jamais vu après avoir parcouru une soixantaine de pays. Moins quarante degrés Celsius, de vives poussées ponctuées par des coups de poing dans le dos et de botte dans les jambes, une espace que n’envieraient pas des sardines en boîte. Le capitalisme est en bonne voie en Asie centrale.

Leave a Comment